Partenaires

CNRS
Université Lille 1
Clersé UMR8019
Université de Paris 1
Matisse IUF
MESHS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Appels à articles > La Responsabilité Sociale des Entreprises

La Responsabilité Sociale des Entreprises

Appel à articles pour la Revue française de socio-économie :
La responsabilité sociale des entreprises


« La plupart des définitions de la responsabilité sociale des entreprises décrivent ce concept comme l’intégration volontaire des préoccupations sociales et écologiques des entreprises à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes ». (Livre vert de la Commission européenne, Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises, 2001, p.7)

Le livre vert de la Commission européenne arrête non seulement une définition commune de la RSE (Responsabilité Sociale et environnementale des Entreprises), mais signifie également la reconnaissance, par la Commission, du potentiel régulatoire de ce mouvement « volontaire » des entreprises. Du point de vue de la régulation de nos sociétés occidentales, et européennes, c’est une rupture assez nette relativement au mode précédent de régulation économique et sociale connue dans la littérature sous l’expression « compromis social fordiste ». Il s’agit en effet de requalifier les entreprises comme acteurs responsables de la régulation des rapports sociaux et environnementaux, autrefois gérés non pas par les entreprises mais par les macro acteurs du rapport salarial : État et partenaires sociaux. C’est à la profondeur de ce tournant institutionnel et à la pérennité de la forme de régulation « micro fondée » que représente la RSE que nous souhaitons consacrer le futur dossier de la RFSE.

Cette question se prête en effet un traitement interdisciplinaire que valorise la revue : la question de la régulation des rapports sociaux et du rapport à l’environnement, au sein et grâce aux entreprises, implique en effet un regard empruntant aux différentes sciences sociales. Chaque discipline propose en effet un traitement spécifique, complémentaire des autres approches, permettant de mettre en avant les enjeux en termes de : régulation macroéconomique et macro-sociale (enjeux socio-économiques), modification de la législation et de la réglementation nationale et internationale (sciences juridiques), modification de la gestion et des frontières de l’entreprise (sciences de gestion), rapports de forces politiques (sciences politiques) et distinction du neuf (la RSE) de l’ancien (le paternalisme) propre aux sciences historiques.

Cette interdisciplinarité trouve sa source dans l’objet « RSE » qui rapproche de fait les problématiques autrefois distinguées de la performance privée de l’entreprise, de son encastrement (et de son influence sur l’environnement) social et juridique et des performances en termes de bien-être collectif. Mais elle se nourrit aussi de l’approche méthodologique particulière que nous souhaitons valoriser et qui consiste à interroger la RSE sous l’angle de la transition institutionnelle qu’elle représente, puisqu’elle émerge du plan microéconomique sur la base de l’affaiblissement des anciennes structures régulatrices que formaient l’État social et les divers dispositifs juridiques encadrant strictement l’activité de l’entreprise et son rapport au travail. La notion de transition institutionnelle, de dynamique ou d’émergence de nouvelles règles collectives est en effet au coeur du questionnement des sciences sociales contemporaines. Cette notion pose trois questions saillantes de nature épistémologique : comment se représenter l’acteur économique ? Quelle représentation se faire de l’institution (et de son rapport à l’action individuelle ou collective) ? Comment prendre en compte le temps de l’institution dans son épaisseur historique ? (par opposition au temps instantané du marché « standard » des économistes). Notre appel à article vise donc, de par son objet et sa méthodologie institutionnaliste, à interroger le coeur des sciences sociales à partir d’un repérage empirique solide des processus RSE.

Les propositions d’articles sont à envoyer avant le 1er septembre 2008, selon les strictes consignes éditoriales précisées sur le site de la revue.

Les consignes aux auteurs.

Secrétaire de rédaction de la RFSE,
Guillaume Yvan,
bureau 205 bâtiment SH2 CLERSE
(USTL Lille1, 59 655 Villeneuve d’Ascq Cedex)

rf-socioeconomie[at]univ-lille1.fr